Forums BDFI

Forums de discussions du site Base de Données Francophone de l'Imaginaire
Ces forums sont réservés aux genres science-fiction, fantastique, fantasy, merveilleux, horreur, gore.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

INSCRIPTION : La lecture des forums est accessible à tous. Pour écrire il faut vous inscrire (mais attention, pour lutter contre les robots spammeurs, les inscriptions non suivies de messages dans les forums seront annulées).

#1 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 03-03-2013 22:59:46

Ditto (Donggam ), film coréen (2000), genre : Science-Fiction, romance
Réalisé par Jeong-kwon Kim, avec Ha-Neul Kim, Ji-tae Yu, Ji-won Ha, Yong-woo Park, Lee Seung-Min , etc ...

dongga10.jpg

1979, à l'université de Séoul, l'étudiante So-Eun est éprise en secret de Dong-hee qui vient de revenir du service militaire.
Alors que ses travaux d'approche progressent, elle récupère par hasard un poste de radio issu de l'armée mais hors d'usage.
Un soir, ce poste émet un appel de Ji In, un étudiant de la même université qui lui donne rendez-vous pour le lendemain.
Après quelques quiproquos, les deux radio-amateurs comprennent qu'ils sont séparés par vingt années.
So-eun vit en 1979 dans une société à la politique mouvementée tandis que Ji In vit en 2000 et fait partie d'une génération libre...
Alors ils échangent des informations sur leurs époques.
Et si un fil insoupçonné les reliait !

C'est un film de science-fiction, sans aucun doute, par la présence de cette machine capable de traverser la barrière du temps .
L'histoire sans être d'une folle originalité, ni d'un suspense intolérable, est intéressante bien jouée par de bons acteurs.
C'est une romance, un genre très populaire en extrême orient, qui raconte par le menu les démêlés sentimentaux des protagonistes,
mais qui relègue les évènements au second plan .
Il est donc très symptomatique  de voir que sur une même idée, à quelques semaines près,
les américains ont sorti "Fréquence interdite" qui est une sombre histoire de psycho-killer.
En outre, les américains corrigent l'Histoire, alors que les asiatiques vivent leur destin.

Ce n'est pas une romance à tirer les larmes, mais voyez-le à l'occasion.

#2 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 19-02-2013 20:13:45

Re-Cycle, film chinois-Hong-Kong (2006), genre : fantastique, horreur
réalisé par  Oxide Pang, Danny Pang 
avec Angelica Lee, Siu Ming Lau, Qi Qi Zeng ,  etc ...

re-cyc10.jpg

Ting-yin, a écrit une trilogie de romans d'amour, devenus des best-sellers.
A l'occasion de la sortie du premier film tiré de son œuvre, elle donne une conférence de presse.
Elle reconnait qu'une certaine part de son héroïne provient de sa propre expérience.
A la question, "qui était le héros masculin ? ", elle répond: "il est mort" .
Son attaché de presse annonce le prochain roman qui s’appellera "L’Empire des esprits".
Rentrée chez elle, elle en commence l'écriture,
malgré l'impression d'une présence inconue autour d'elle ...
Et puis, en quittant l'immeuble par une issue inconnue, elle se retrouve dans une ville fantastique.

C'est un voyage.
Quelque chose d'initiatique, où l’héroïne doit découvrir, apprendre quelque chose, atteindre un but.
La carte indique de rares indices :
"Cueille les fleurs, prends avec toi les deniers des morts, un croissant de lune sur la terre ocre; Là où l'univers se décolore, l'herbe flotte sans racines, le Terminal est proche".
En attendant, la peur et l'angoisse sont présentes à chaque détour de ces décors issus de "Alice au pays des merveilles", de "Démons et Merveilles" ou de "Stalker".
Les personnages sortis de tous les films de zombies asiatiques sont inquiétants comme il faut.

Le puits dans lequel tombent les livres oubliés vous impressionnera beaucoup.
Vos appartements en sont la préfiguration.

Dans les meilleures boutiques ou sur le ouebe,

#3 Re : Discussions libres » !!! BONNE ANNEE 2006 .... 2018, 2019... et 2022 !!! » 31-01-2013 23:26:31

Aucune excuse n'est jamais vraisemblable,
donc, à la dernière minute, je me contenterai de dire :

Bonne année !

#4 Re : Discussions libres » Joyeux Noël à toutes et tous ! » 25-12-2012 22:23:07

Je n'ai pas d'images,
mais la sincérité peut suffire, j'espère ! big_smile

#5 Re : Les collections » Les Voyages Excentriques (par Paul d'Ivoi) » 17-12-2012 22:05:45

Et voilà la baie qui nous montre deux éditions que je ne connaissais pas :

PAUL D'IVOI & CHABRILLAT

LES CINQ SOUS DE LAVAREDE
1 : LE TESTAMENT DE JEAN RICHARD
&
2 : LES COMPAGNONS DU LOTUS BLANC

ABONDAMMENT ILLUSTRE PAR LES PHOTOGRAPHIES DU FILM

CINEMA BIBLIOTHEQUE, EDITIONS TALLANDIER, SANS DATE

RELIURES CARTONNEES ILLUSTREES

15.5 x 23.5 CM

93 + 94 PAGES

Le vendeur indique la présence de cachets de bibliothèque,
ce qui explique certainement que les livres soient cartonnés.

v_les_cinq_sous_de_lavarede_1.jpg   v_les_cinq_sous_de_lavarede_2.jpg

Vous pouvez les acheter ici :
http://cgi.ebay.fr/ws/eBayISAPI.dll?Vie … SS:FR:1123

#6 Re : Annonces » Rencontres de l'Imaginaire de Sèvres » 05-12-2012 01:49:49

Et alors,
personne ne vient à Sèvres cette année ?

le programme :
http://www.ville-sevres.fr/e_upload/div … 12_web.pdf

Le samedi 8 /12/12,
J'y serais comme tous les ans. tongue

#7 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 25-11-2012 00:31:10

Next (Next, 2007)), film américain, genre : S-F
de Lee Tamahori, avec Nicolas Cage, Julianne Moore, Jessica Biel, Peter Falk, etc ..

v_next_2007.jpg

Cris Johnson est un magicien minable qui a un petit numéro à Las Vegas sous le nom de "Frank Cadillac".
Son pseudonyme est le résumé de ce qu'il aime : Frankenstein et les Cadillacs.
En fait, il est peut-être le seul homme sur Terre capable de visualiser deux minutes de son futur
Peut-il changer le cours des évènements ?
En tous cas, l'agent du FBI Callie Ferris pense qu'il peut utiliser son don afin d'empêcher une attaque terroriste.
Une bombe atomique a été volée en Russie et introduite sur le territoire des États-Unis.
Mais où et quand va-elle être utilisée?

Encore une fois, le traitement du Temps oblige à des contorsions intellectuelles purement conjecturales propres à ranimer les neurones.
Ce brave Cris Johnson peut voir deux minutes du futur, seulement s'il est concerné.
Mais il dit lui-même :
"Il y a un problème avec le futur, chaque fois que vous le voyez, il change car vous l'avez vu,
et ça change tout le reste"
Bref, il dit bien qu'il voit quelque chose, mais qu'il ne peut rien prévoir !
Incidemment, il s'agit d'une adaptation de "L'homme doré" du grand Philip K. Dick.
D'autre part, les paysages du côté de Falstaff sont extraordinaires.
Et Nicolas Cage fait bien l'homme qui veut passer pour banal, Julianne Moore en agent du F.B.I. super qualifiée tient bien le rôle,
Jessica Biel ne se contente pas d'être belle et Peter Falk fait une panouille, mais quel plaisir !

Je n'ai donc pas compris comment Cris Johnson tire parti de sa vision du futur,
mais j'ai bien aimé l'aventure.
Pour moi, c'est un film qu'il faut voir.

#8 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 21-11-2012 01:54:17

Æon Flux (Æon Flux, 2005)), film américain, genre : S-F
de Karyn Kusama, avec Charlize Theron, Marton Csokas, Jonny Lee Miller, Sophie Okonedo, Amelia Warner, Frances McDormand, Pete Postlethwaite, etc ..
d'après.les personnages de Peter Chung.

v_aeonflux_dvd.jpg

2415, Bregna, pour certains est la ville idéale, le sommet de la civilisation.
La famille Goodchild a construit cette ville pour assurer un avenir à l'humanité décimée par un virus mortel,
Ils ont également construit le "Reliquaire", souvenir en forme de dirigeable visible de tous les points de la cité,
et des murs infranchissables pour protéger de l'extérieur.
Alors, pourquoi de mystérieux rêves hantent les citoyens, pourquoi des gens disparaissent,
le gouvernement nie ces crimes.
La Liberté a été échangée pour une cage dorée.
Des rebelles combattent au nom des disparus.
Ils se font appeler les "Monicans"

Charlize Théron est parfaite dans le rôle de Æon Flux,
un archétype poussé à l’extrême, au delà de toute vraisemblance.
Son personnage tient une forme digne de toutes les cascades, sans entrainement.
elle s'habille en noir le jour alors que tout le monde porte des couleurs vives,
elle s'habiller en blanc la nuit alors que tous les gardes sont en noir,
et en plus, elle est belle à pleurer.
Les décors aussi sont ceux des visions futuristes des années 60,
des réunions des chefs suprêmes dans des halls déserts en plein air sur des fauteuils en velours,
des prisons en pierre de taille, avec la lumière du jour.
Et depuis quand personne ne balaie les décors,
personne n'entretient les jardins, personne ne répare les robinets qui fuient ?
Enfin, c'est ce que l'on appelle "stylisé" ou "sobre" ou "dépouillé"
La forme est donc parfois risible mais le fond est bon,
l'histoire n'est pas très originale mais qu'importe
Peut-être des clins d’œil à Zardoz, à "La Cité des Etoiles", à 1984, à beaucoup d'autres ...

Le film est l'adaptation d'une série d'animation écrite et réalisée par Peter Chung pour le compte de MTV.
Cette série, qu'il est possible de trouver sur le ouèbe, a ceci de remarquable qu'elle est entièrement muette
d'ailleurs, la séquence d'ouverture du film,
digne de devenir culte comme son homologue dans "Les 7 mercenaires",
est quasiment celle d'ouverture du pilote.
Les personnages y sont très travaillés, pas du tout simplistes.
Æon Flux, la gentille et Trevor Goodchild, le méchant, se combattent à mort,
et d'autre part, ils sont amants, c'est dire ...

Si vous avez compris que j'ai passé un moment inoubliable, vous avez raison..
Je vous le conseille , évidement.

#9 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 10-11-2012 21:34:57

Phase 7 (Fase7), film argentin 2011, genre S.F.
Réalisé par Nicolás Goldbart, avec Daniel Hendler, Jazmín Stuart, Yayo Guridi, etc ...

Coco et sa femme enceinte de sept mois, Pipi, ont récemment emménagé dans un appartement de Buenos Aires et ne remarquent pas le chaos croissant qui les entoure. Peu de temps après, les autorités mettent le bâtiment en quarantaine. Une pandémie est déclarée, la population est invitée à prendre les mesures qui s'imposent.
Une psychose s'installe dans l'immeuble, chacun voulant éliminer les risques de contagion en tuant les suspects qui toussent un peu trop.
Coco et son voisin bien préparé, Horacio, défendent leurs réfrigérateurs en essayant de garder Pipi en sécurité
Le monde extérieur s'effondre.

La pandémie en espagnol.
Un film fait avec des moyens simples, une dizaine de personnages, des décors minimalistes, quelques appartements, une cage d'escalier, un parking.
Mais Nicolás Goldbart qui a quatorze films à son actif depuis douze ans connait bien son affaire, une musique de Guillermo Guareschi et le spectateur ne peut pas respirer.
Le titre fait référence au 6 phases de la pandémie définies par l'OMS .

L'effet du film dure bien une bonne heure après la fin de la visualisation.
Je vous le recommande.

#11 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 02-11-2012 20:04:58

Looper ,film américain (2012), genre : S-F
de Rian Johnson, avec Bruce Willis, Joseph Gordon-Levitt, Emily Blunt, Paul Dano, Jeff Daniels, Piper Perabo, Xu Qing, etc ...
sur un scénario de Rian Johnson.   

v_looper_121011.jpg

La machine a voyager dans le temps sera inventée dans 30 ans, elle sera interdite immédiatement.
La Mafia a réussi à s'en procurer une et l'utilise pour détemporiser l'élimination des indésirables.
Les loopers sont des tueurs à gages embauchés pour abattre les personnes expédiées du futur et pour faire disparaitre les corps.
Mais lorsqu'il deviennent vieux, ils sont expédiés dans le passé pour y être éliminés, la plupart du temps par la version jeune d'eux même.
Certains échappent cependant à leur exécuteur, comme Seth, qui a le temps d'expliquer que le futur est devenu un enfer dominé par le mystérieux "Maître des Pluies".
Hélas, les corps du jeune et du vieux correspondent, la blessure de l'un apparait sous forme de cicatrice sur le corps de l'autre.

Le voyage dans le temps a ceci d’intéressant que comme il n'existe pas, son traitement est toujours différent.
Tous les paradoxes sont possibles, toutes les modifications de l'Histoire peuvent être envisagées.
Moins l'auteur décrit la science de son procédé, plus il est libre d'inventer des coups de théâtre, des péripéties plausibles ou non.
C'est le cas dans ce film, où le rythme interdit la réflexion, et où, à la fin, le pauvre spectateur est à peine capable de décrire rationnellement les faits.
Les bases de l'histoire supposant que les vieux loopers sont réexpédiés dans le passé pour y être éliminés,
semble totalement arbitraire, l'utilité de cette action n'est pas expliquée, même si elle justifie le film.
Qu'importe, l'aventure est belle, les personnages sont bien entiers, bien interprétés par un casting de choix.
Les décors, donc la vision du futur, sont désespérés, sans espoir, et cependant les hommes y vivent à peu près normalement.

Le Monde a publié une chronique intéressante dont j'ai extrait une phrase :
Les dialogues sont souvent drôles. "Je pars en France", dit le jeune Joe à son chef mafieux, que Jeff Daniels incarne avec un plaisir communicatif.
"Je viens du futur, va en Chine", lui répond-il.
http://www.lemonde.fr/culture/article/2 … _3246.html

Ceci dit, j'ai vu un très bon film, j'ai eu deux heures de vrai bonheur.

Voir aussi une discussion qui se veut rationnelle,
et qui n'est que source de complications : http://www.film.com/movies/looper-infographic

#12 Re : Thèmes et sujets imaginaires » [Recherche] Gratte-ciel de SF » 23-10-2012 23:58:40

La réalité dépasse la fiction :

Les tours de Jean Nouvel que le 13° aura la chance d'accueillir prochainement
(sauf si la crise nous les épargne neutral )

v_jean_nouvel_tours_13.jpg

#13 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 07-10-2012 00:53:44

Mon exemplaire, un peu fatigué ne comprend ni jaquette, ni rhodoïd, il a du les perdre le long du chemin ...

69 - Eric Frank Russell .. La grande explosion / Le sanctuaire terrifiant -  trad. : C. et L. Meistermann - isbn : 2-7201-0104-4 , illustrateur Jean-Louis Floch,  © 1978 par Nouvelles Editions Opta

v_cla069.jpg  v_cla069j2.jpg  v_cla069i1.jpg  v_cla069i2.jpg  v_cla069i3.jpg  v_cla069t3.jpg

640 pp. + tirage. Pas de table. A.I le 28 aout 1978 chez Diguet-Deny, à Breteuil-sur-Iton dans l'Eure. 3000 ex. numérotés de 1 à 3000 + 100 H.C.   
L'exemplaire représenté est le n° 0728

contient :
..  .. .. .. (pas d'appareil critique)
..  .. .. .. La grande explosion (The Great Explosion, 1962)   trad. : C. & L. Meistermann
..  .. .. .. Le sanctuaire terrifiant (Dreadful Sanctuary, 1967)   trad. : C. & L. Meistermann ISFDB indique 1948, et très certainement raison)


Question éternelle :
Quand l'éditeur s'est trompé,
doit-on inscrire la date imprimée par l'éditeur,
ou la date réelle ?

#14 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 06-10-2012 21:59:51

Quelque part dans le temps (Somewhere in Time), film américain (1980), genre : S-F
réalisé par Jeannot Szwarc d'après un scénario de Richard Matheson    
avec Christopher Reeve, Jane Seymour, Christopher Plummer,  William H. Macy,  etc ...

v_quelque_part_dans_le_temps1.jpg

Une vieille femme remet à Richard Collier une montre ancienne en or avec ces simples mots: "Reviens moi", avant de retourner au "Grand Hôtel".
Sept ans plus tard,
Richard Collier, devenu un écrivain à succès, s’arrête incidemment au "Grand Hôtel", où le portier lui demande :
"On ne s'est pas déjà rencontré ?".
Intrigué par le musée de l'hôtel qui montre une très belle femme, l'actrice .Elise Mc Kenna, il enquête sur elle pour apprendre qu'elle relisait sans cesse le livre du professeur Finney "Les voyages dans le Temps".
Les registres de l'hôtel lui montrent qu'un certain Richard Collier s'est inscrit chambre 416, le 28/06/1912 à  09:18, ceci suivi de sa propre signature.
Peut-on voyager dans le temps par la seule force de la pensée, en hypnotisant son esprit ?

Quel beau titre pour une belle histoire d'amour !
Comme Christopher Reeve est à sa place dans ce personnage de jeune dandy, bien loin de son superman habituel !
Et Jane Seymour, belle comme jamais dans ce rôle d'actrice costumée.
Jeannot Szwarc a bien mérité le prix de la critique au Festival international du film fantastique d'Avoriaz en 1981.
L'histoire est intéressante, comme beaucoup d'histoires de voyage dans le temps,
elle pose l’éternel problème de la fatalité, sommes nous maître de notre destin ?
John Collier s'applique à ne rien changer à l'histoire écrite, il pense qu'il y a intérêt, qu'il y va de son amour.
La montre voyage avec lui, elle crée un paradoxe, mais qu'importe, c'est presque rassurant pour l'amateur.
Un film vu par les midinettes et qui leur tire des larmes peut-il être un bon film de science-fiction ? La réponse est : oui.
La présence d'un professeur Finney est un hommage à Jack Finney qui dans son "Voyage de Simon Morley" a inventé cette façon de voyager dans le temps.

Je n'ai pas lu le livre de Richard Matheson "Le Jeune homme, la mort et le temps" (Somewhere in Time / Bid Time Return , 1975)
origine du scénario, mais je le ferai,
ayant été séduit par le film.

voir aussi w...a

#15 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 06-10-2012 21:55:16

Gantz est tiré d'un manga, dont je vous parlerai ici, même si ce n'est pas le lieu big_smile big_smile

#16 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 06-10-2012 21:54:02

Gantz a donné lieu à un film d'animation dont je vous parlerai ici big_smile

#17 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Livres sur l'illustration SF » 03-10-2012 15:32:45

jeandive a écrit :

jef de wulf par philippe aurousseau ,  edition de l'oncle archibald     ;  136  pages tout en couleur , couverture souple  ,  aout 2012      ISBN 9782954266503


mini_960450dewulf.jpg 


tiré a part offert aux  premiers  acheteurs ,  on le commande là :  http://oncle-archibald.blogspot.fr/sear … 0le%20book

Il vient de paraitre et il est très complet.

pour le plaisir : v_flamorvisfuture09.jpg

#18 Re : Thèmes et sujets imaginaires » Transports de demain » 27-09-2012 22:51:22

Cirroco Jones a écrit :

Une illustration vu sur la toile.
Le Soleil du Dimanche 1903 : Le Sport de l'Avenir - Une Ville Automobile en 1959, illustration de André Névil :
.

Je crois qu'il faut lire : "Une Villa"

C'est simplement un bourgeois à table,
deux domestiques font la cuisine, à la place du micro-onde,
un petit orchestre remplace la chaîne Haute-Fidélité,
les garçons font un billard à l'étage, faute de PS3.

On est pas très loin du camping-car ! lol

#19 Re : Annonces » Saison Fantastic de Lille 3000 : Exposition Science & Fiction » 27-09-2012 22:39:48

En fait, les photos sont déjà sur l'hébergeur local, donc le travail a été avancé,
mais je n'en trouve pas la trace.

Bref, voici les maquettes de 2001 :

ssf_1_10.jpg

Donc tu verras bien !

#20 Re : Annonces » Saison Fantastic de Lille 3000 : Exposition Science & Fiction » 27-09-2012 22:16:32

Mais non, Lille est une capitale régionale !

J'ai dit sous-produit, car la description m'a rappelé, irrésistiblement ce que j'ai vu à la Cité des Sciences de  la Villette, mais incomplète.

Je croyais avoir commencé une présentation photographique, mais elle est restée à l'état d'ébauche dans mon neurone !

#21 Re : Annonces » Saison Fantastic de Lille 3000 : Exposition Science & Fiction » 25-09-2012 19:56:26

Ceci ressemble fort à un sous produit de l'expo "Science et Science-Fiction"
présentée il y a quelques temps à la Cité des Sciences.

#22 Re : Les collections » Les Voyages Excentriques (par Paul d'Ivoi) » 13-09-2012 00:11:14

La liste des titres :

v_match_de_milliardaire_00.jpg

Doré sur tranches ou tranches dorées

    Les trois côtés du livre, autre que le dos et les plats, et formés par l'épaisseur des pages, sont dorés. Selon les époques, elles ont été jaspées, dorées, argentées, ciselées, peintes, marbrées, mouchetées, rougies ou jaunies.

Les tranches dorées avaient pour but de protéger les pages du  livre,
en effet elles enfermaient les pages dans une sorte de cage métallique,
l'humidité, comme la poussière ne pouvaient pas y entrer.
Lorsque seule la tranche supérieure était dorée,
la protection ne ciblait que la poussière,
mais le prix était bien moindre.

Le procédé était artisanal :

http://www.moulinduverger.com/reliure-m … et-112.php

je me souviens l'avoir vu faire avec des produits prêts à l'usage,
et à vendre,
lors d'un atelier chez "Rougier et Plée"

Et, sans aucun rapport, juste pour le plaisir de voir deux parieurs boire deux mètres de cocktails :

v_match_de_milliardaire_57.jpg

#23 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 12-09-2012 22:57:55

Pluie du matin n’arrête pas le pèlerin.

------------------------------------------------------

75 - C. J. Cherryh .. Les portes d'Ivrel (Gate of Ivrel, 1976)   trad. : Bruno Martin - isbn : 2-7201-0123-0 , illustrateur Raymond Urie,  © 1980 par Nouvelles Editions Opta

v_cla075.jpg v_cla075j.jpg   v_cla075i.jpg  v_cla075i1.jpg v_cla075c.jpg v_cla075o.jpg

390 pp. + tirage. Pas de table. A.I le 28 aout 1980 chez imprimerie Bretolienne, à Breteuil-sur-Iton dans l'Eure. 3000 ex. numérotés de 1 à 3000 + 50 H.C.   
L'exemplaire représenté est le n° 2102

contient :

une carte (non créditée) , p 7
Préface de Daniel Whalter , p 9-12
Les portes d'Ivrel par C. J. Cherryh, p 13-390

#24 Re : Imaginaire ancien » [Auteur] Henri Bernay » 11-09-2012 18:24:08

Amazon vend 10 € "L homme qui dormit cent ans" ,

je me précipite vers mon carton, sachant qu'un livre me vient à l'idée,
mais il s'agit de "La Fortune errante",
que je n'ai pas lu, j'ignore s'il appartient au genre,
et il n'a pas de jaquette :

"La Fortune errante" ("C.& R. pour Tous") - 1930
v_la_fortune_errante.jpg

Et je suis prêt à céder l'exemplaire que j'ai en double pour 5 €

#25 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 10-09-2012 21:19:38

Christian a écrit :

Je vous ai compris : voir le post 1 (et j'espère ne pas m'être planté smile ).

Merci, c'est un pas important dans l'authenticité de la rubrique,
c'est surement également un pas important pour faire établir le fait par W....a ! 109.gif

#26 Re : Les collections » Les Voyages Excentriques (par Paul d'Ivoi) » 09-09-2012 21:55:10

21. Match de milliardaire    

Edition sous percaline bleue : BOIVIN & Cie Editeurs (Ancienne Librairie Furne).

toutes les tranches de mon exemplaire sont dorées,

match_10.jpg   match_11.jpg   match_12.jpg

#27 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 06-09-2012 00:46:15

74 - Octavia E. Butler .. La survivante (Survivor, 1978)   trad. : Bruno Martin - isbn : 2-7201-0121-4 illustrateur Michel Fenard,  © 1980 par Nouvelles Editions Opta

v_cla074.jpg  v_cla074j.jpg   v_cla074i.jpg   v_cla074i1.jpg   v_cla074o.jpg

les Nouvelles Editions Opta font des économies d'illustrations :
l'illustration sur la jaquette est un extrait de celle prévue à l'intérieur.

394 pp. + tirage. Pas de table. A.I le 30 mai 1980 chez imprimerie Bretolienne, à Breteuil-sur-Iton dans l'Eure. 3000 ex. numérotés de 1 à 3000 + 50 H.C.   
L'exemplaire représenté est le n° 0320

contient :

La survivante par Octavia E. Butler, p 9-394

#28 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 06-09-2012 00:31:44

Le verso du numéro 284 de la revue Fiction nous fournit une publicité pour le n° 67 du CLA.
On peut y lire encore "Editions Opta" :

v_fic284v.jpg

(pour ce que ça vaut ! )

#29 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 05-09-2012 21:10:44

Lord Darcy a écrit :

Tt! Tt! Tt! Tu peux te reporter au post # 315 de ce topic.
Ainsi que # 325 et #326.

je sais,
tu sais,
il sait,
nous savons,
vous savez,
tout les forumeurs savent.

Dr Mabuse a écrit :

Je profite de ce moment dans la description des CLA pour remarquer que l'éditeur cité est OPTA,
alors que depuis déjà quelque temps, l'éditeur est "Nouvelles Editions Opta" .

Un recherche rapide sur BDFI montre que jamais les "Nouvelles Editions Opta" ne sont mentionnées !

Ce que je veux dire,
c'est que tous les titres de topics, y  compris celui-ci indiquent
OPTA,
alors que, au mieux, ils devraient indiquer
OPTA/Nouvelles Editions Opta

De plus, ma plainte, écoutez là le soir au fond des bois,
ne porte pas que chez nous,
mais chez notre voisin de pallier, n..e
comme sur W...a .
Donc les seules références numériques que je connaisse en français deviennent sujettes à caution.

En anglais, je ne connais que ISFDB, qui tombe dans le même travers.

Mon propos, ce jour, est que pour les compteurs d'éditions et de pseudonymes que nous sommes,
nous pourrions respecter notre lecteur et lui indiquer clairement une dualité d'éditeur.

#30 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 04-09-2012 23:11:40

Je profite de ce moment dans la description des CLA pour remarquer que l'éditeur cité est OPTA,
alors que depuis déjà quelque temps, l'éditeur est "Nouvelles Editions Opta" .

Un recherche rapide sur BDFI montre que jamais les "Nouvelles Editions Opta" ne sont mentionnées !

rassurez vous, un site voisin fait de même,
je viens même d'essuyer un refus poli de ISFDB qui me renvoie à leur seul pourvoyeur de livres français, considéré donc comme un spécialiste.

Tous ces gens épris de précision, ou bien sont inconsistants,
ou leur vénération envers OPTA est telle qu'ils se permettent de refaire l'histoire !

#31 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 03-09-2012 23:25:29

Une jaquette mais pas de rhodoïd.


72 - Octavia E. Butler .. Le motif (Mind of my Mind, 1977)   (c) 1979 nouvelles éditions Opta, trad. : Bruno Martin - isbn : 2-7201-0117-6 , illustrations de Philippe Adamov et Yvon Cayrel

v_cla072.jpg v_cla072j.jpg   v_cla072i.jpg   v_cla072i1.jpg   v_cla072o.jpg

394 pp. + tirage. Pas de table. A.I le 19 février 1980 chez imprimerie Bretolienne, à Breteuil-sur-Iton dans l'Eure. 3000 ex. numérotés de 1 à 3000 + 50 H.C.   
L'exemplaire représenté est le n° 2955

composé en aster romain corps 12, ce qui se renouvellera, certes, mais qui doit être une première dans la collection.

contient :

[courte] Biographie par Octavia E. Butler, 5-6
[autre] Biographie par [anonyme], 7-11
Le motif par Octavia E. Butler, 13-394

Quatrième de couverture:   

Depuis quatre mille années, Doro le Nubien, produit de mutations multiples et étranges, s'efforce de fonder sur Terre une nouvelle race d'hommes. A cette fin, il fait croiser les êtres des divers continents. Il crée des familles, il est père, souvent incestueux, d'une quantité d'êtres qui tous participent de lui. Mary, sa propre fille, dont il est aussi l'amant, est douée d'une puissance étonnante, celle de créer un filet, un MOTIF télépathique qui régénère et guérit les victimes abandonnées du système d'élevage de Doro. Cette puissance entrera bientôt en conflit avec les instincts et les appétits de Doro d'où naîtra un Combat à mort.

Voici qui explique que je n'ai pas trouvé le temps de le lire, outre que c'est le second volet d'une série qui en comporte cinq et dont seuls les trois premiers seront publiés en France.

On notera l'essai méritoire de l'illustrateur pour faire ressembler l'héroine avec l'auteur :

v_octavia_e_butler.jpg

#32 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 03-09-2012 23:19:44

Lord Darcy a écrit :

Je ne sais plus qui a dit:

L'ordre est un plaisir de la Raison.
Mais le désordre est un délice de l'imagination.

Gogole, qui est notre ami, dit "Paul Claudel"  smiley_371.gif

#33 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 30-08-2012 22:47:35

68 -  Evelyn Smith .. Planète impopulaire (Unpopular planet, 1975)   trad. : Jacques Polanis - isbn : 2-7201-0103-6 illustration : Brantonne (tout le monde avait reconnu, quel bonheur !) , prix 100 FF

v_cla068.jpg v_cla068j.jpg   v_cla068i.jpg   v_cla068i1.jpg   v_cla068o.jpg

Le (c) indique 1975 (comme d'ailleurs ISFDB) et non 1962 comme l'a écrit je ne sais quel esprit aviné. tongue
D'autre part, l'achevé d'imprimer indique "Nouvelles Editions Opta"

568 pp. + tirage. Pas de table. A.I le 12 Juin 1978 chez Diguet-Deny, à Breteuil-sur-Iton dans l'Eure. 3000 ex. numérotés de 1 à 3000 + 100 H.C.   
L'exemplaire représenté est le n° 2713

#34 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 30-08-2012 22:43:09

Où auriez-vous rangé
Les Géants de craie,
Le Syndic

Dans les CLA ?

v_p1010803.jpg

non, après les choses deviennent plus difficiles,
dans les Grands Formats ?

v_p1010804.jpg

non, c'est presque désespéré,
dans les doubles, ce ne serait pas bien,

v_p1010805.jpg

non, reste le vrac pas encore classé, bizarre, car je me souviens très bien les avoir lu,

v_p1010806.jpg

je regarderai un autre jour, à une autre occasion. neutral

#35 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 30-08-2012 00:06:16

Le livre était présenté sous rhodoïd, lequel était lui-même recouvert d'une jaquette :

61 Cyril M. Kornbluth & Frederik Pohl / Frederik Pohl .. La tribu des loups / La promenade de l'ivrogne - isbn : 2-7201-0050-1 , illustrations : Moro

v_cla061.jpg v_cla061j1.jpg   v_cla061i.jpg   v_cla061i1.jpg   v_cla061i2.jpg   v_cla061i3.jpg   v_cla061o.jpg

435 pp. + tirage. Ni appareil critique ni table. A.I le 6 Avril 1976 par Firmin-Didot S.A au Mesnil (Eure). 5000 ex. numérotés de 1 à 5000 + 120 H.C.
L'exemplaire représenté est le n° 4712

contient :

..  .. .. .. (pas d'appareil critique)
..  .. .. .. La tribu des loups (Wolfbane, 1957)   trad. : Arlette Rosenblum      ===> il est dit 1959 dans le livre ce qui correspond à l'édition du recueil
..  .. .. .. La promenade de l'ivrogne (Drunkard's walk, 1960)   trad. : Arlette Rosenblum

#36 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 29-08-2012 10:38:59

Dr Mabuse a écrit :

La présentation du n° 13 est abracadabrante,
une mauvaise reconstitution de la base des scans,
la référence est bonne mais l'image, elle n'est pas la bonne.

Vous avez raison, ce matin, le 13 se porte bien,
je pense que c’est le buffer de mon logiciel qui m'a joué des tours.

Ceci dit, je reste d'humeur égale. big_smile

#37 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 29-08-2012 00:10:21

53 Eric Frank Russell .. Guêpe / Plus X - isbn : 2-7201-0003-X illustrations : Moro

v_cla053.jpg v_cla053i.jpg   v_cla053i1.jpg   v_cla053i2.jpg   v_cla053o.jpg

343 pp. + tirage. A.I le 15 Octobre 1974 par l'Imprimerie Savernoise (à Saverne). 6000 ex. numérotés de 1 à 6000 + 120 H.C.
L'exemplaire représenté est le n°4904

contient :

..  .. .. .. Préface : Eric Frank Russell ou la non-violence traduit par Marcel Thaon IX-XVIII
..  .. .. .. La charge de la Brigade Spaciale (Christian Meistermann) XIX-XX
..  .. .. .. Bibliographie XXI-XXII
..  .. .. .. Guêpe (Wasp, 1957)   trad. : Christian Meistermann
..  .. .. .. Plus X (The space willies, 1958)   trad. : Christian Meistermann

#39 Re : Thèmes et sujets imaginaires » [Thèmes] La vie des insectes » 30-06-2012 23:20:00

Les cafards n'ont pas de roi (The Roaches Have No King),  Daniel-Ewan Weiss, traduction Marie-Lise Marlière, Editeur Gallimard,  Collection La Noire (novembre 1997), 304 pages, 14,0 x 21, 5, ISBN     2070742253, .
réédition Folio (No 4023) (2004), ,368 pages , 10,8 x 17,8 . ISBN 2070314421.   

v_noi_les_cafards.jpg   v_fol_les_cafards.jpg

Le narrateur de ce livre s'appelle Nombres. Il est né dans une bibliothèque de New York et appartient à l'espèce des dictyoptères, famille des blattellae germanicae, en français les cafards

Nombres et ses compagnons vivent heureux dans l'appartement d'Ira et de la Gitane, quand celle-ci décide de quitter le domicile conjugal. Elle est remplacée par Ruth, qui fait de l'ordre une religion et qui laisse subitement affamée la colonie des blattes par un excès de propreté.
Comment Nombres parviendra-t-il à conjurer cette malédiction ? C'est tout le propos de ce livre irrévérencieux, profondément "politically incorrect" et subversif qui, sous les apparences d'une fable métaphysique et animalière, donne une critique virulente, méchante et savoureuse de la vie urbaine.
Méfions-nous : les cafards sont bien plus vieux que les hommes et ils le savent.


Daniel-Evan Weiss est né à New-York en 1953 : http://www.danielevanweiss.com/

okbdfi

#40 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 25-06-2012 00:41:26

Gantz : Révolution (Gantz : Perfect answer) film japonais (2010), genre : S-F , adaptation de manga
Réalisé par Shinsuke Sato , avec Kazunari Ninomiya, Kenichi Matsuyama, Yuriko Yoshitaka, etc ...
Scénario de Yusuke Watanabe et Hiroya Oku, d'après le manga éponyme de Hiroya Oku .

v_gantz_revolution.jpg   v_gantz_revolution_2.jpg


Reika, un mannequin très populaire reçoit une petite boule noire sur laquelle des messages apparaissent, la jeune fille doit acquérir quatre clés pour pouvoir accéder à la "chambre"
Un homme mystérieux s’intéresse aux anomalies provoquées par Gantz, victimes d'accidents dont le corps disparait, destruction du temple lors de l'opération "Boudha", etc ...
Tae Kojima, la petite amie de Kei Kurono, dessine des mangas où elle se met en scène avec lui comme héros,
Une infirmière meurt, poussée sous le métro par une inconnue, se retrouve devant Gantz et doit participer à la mission
Lors de la première réunion, tous les participants se présentent, ils ont tous des métiers courants, des aspirations sensées..
La première opération consiste à éliminer le chef des alliens, elle a lieu dans le métro et ils ne sont plus invisibles, quasiment tous les passagers vont mourir sauf  la cible.
Kei Kurono, qui était mort lors de l'opération "Boudha" revient à la vie, alors que Gantz le compte toujours parmi les morts, mais il a oublié des pans entiers de sa vie précédente.
La deuxième opération désigne Tae Kojima.

Des parties non identifiées clairement sont présentées en "feedback", ce qui rend l'histoire assez difficile à comprendre.
De plus il est absolument indispensable d'avoir vu le premier opus
Alors que le premier film est l' adaptation assez fidèle des 90 premiers chapitres du manga,
cette histoire est totalement nouvelle et présente un développement incompatible avec l'histoire originale.
Ce qui ne retire rien à la qualité du film intrinsèquement, mais repose, une fois encore, comme s'il en était besoin, la question de l'adaptation.
Lorsque le film a été tourné, début 2011, le manga a déjà donné une explication à l'existence de Gantz
C'est donc volontairement que l'histoire bifurque et que la fin semble totalement artificielle, complètement en dehors de l'esprit du manga.
Si le premier opus était bien assimilable à de la Hard Science, celui-ci est davantage de la Fantasy Urbaine
Toutefois, Hiroya Oku, comme dans le manga place quelque idées personnelles dans la bouche des héros.
Pourquoi se bat-on ?
Pour l'amour, la vengeance, ...
non, nous sommes juste contrôlés par quelque chose, (cette boule noire), ou une idélogie, etc

J'ai vu ce film à la suite du premier, intrigué, j'ai alors lu le manga, 366 épisodes quand même,
puis j'ai revu le film, et je l'ai toujours trouvé aussi bien.

#41 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 04-06-2012 00:26:11

Gantz film japonais (2010), genre : S-F
Réalisé par Shinsuke Sato , avec Kazunari Ninomiya, Kenichi Matsuyama, Yuriko Yoshitaka, etc ...
Scénario de Yusuke Watanabe, d'après le manga éponyme de Hiroya Oku .

v_gantz_dvd_2012.jpg   v_gantz_30830_manga.jpg

Kei et Kuro se font écraser par une rame de métro et se retrouvent dans un appartement de Tokyo dont ils ne peuvent sortir.
Quelques personnes, dont Tae, jeune fille ravissante et dynamique, qui viennent également de "mourir" sont là, aussi surpris et désemparés qu'eux.
Une sphère noire leur confie une mission : éliminer un personnage improbable, leur fournit des armes et les télétransporte sur les lieux
La mission achevée, les survivants sont ramenés dans l'appartement et notés.
Puis, ils reprennent leurs vie normale jusqu'à la prochaine mission.   

Cela commence comme un film à petit budget ou un travail d'étudiant, décor minimaliste, nombre d'acteurs réduits, etc ...
Mais rapidement, les effets spéciaux de plus en plus sophistiqués montrent qu'il n'en est rien.
La structure de l'histoire qui comprend trois missions, et appelle une suite, au moins,
traduit la publication périodique.
Le manga original, découpé en trois phases et qui comprend plus de 350 épisodes regroupés en 34 livres,
est très bien commenté sur W...a, entre autres..
L'histoire est évidemment très complexe, les personnages très nombreux, les ennemis très redoutables, les filles très jolies, les armes très meurtrières,
et la déception des lecteurs, et fans, à la vision du film est bien à l'échelle de la réduction et stylisation nécessaire au changement de support.
La réalité virtuelle a depuis longtemps échappé au seul Philip K. Dick, même s'il reste la référence nécessaire et indispensable,
il a en effet traité le sujet de tellement de façons que rien ne lui est étranger, il est un peu présent dans le film.

J'ai pris un très grand plaisir à voir ce film, sans rien connaitre du manga original

Gogol images, à la recherche "Gantz manga" montre bien que l'ensemble est non seulement violent, mais aussi très érotique.

#42 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 22-05-2012 01:28:20

Melancholia film dannois, suèdois, français, allemand.(2011), genre : SF , etc ...
de Lars von Trier, avec Kirsten Dunst, Charlotte Gainsbourg, John Hurt, Kiefer Sutherland, Charlotte Rampling, Stellan Skarsgard, Alexander Skarsgård, etc ...

v_melancholia_australie.jpg

Et voici la Fin du Monde,
quelques temps auparavant,
Première partie.
Justine se marie en grande pompe, mais tout se ligue pour que la fête tourne à la catastrophe.
Malgré le père, joyeux vieillard accompagné de deux drôlesses;
malgré le beau-frère qui les accueille dans sa superbe demeure,
malgré l'organisateur qui a tout prévu,
malgré la sœur prête à tous les compromis, à tous les arrangements.
Hélas la mariée est plus qu'une capricieuse, elle est folle.
Deuxième partie.
Claire, la sœur raisonnable, mariée avec l'homme riche, perd elle aussi le sens commun.
Mais c'est l'approche du danger, de l'inconnu, de la mort plus ou moins certaine qui la dérange.
Elle n'est pas folle, elle ne peux pas le devenir, poussée par les évènements, elle prépare le déjeuner, elle ....


La fin du monde, un thème classique de la Science-Fiction.
La SF, c'est toujours l'étude de l'Homme.
L’Homme et l'Autre, l'Homme et la Société, l'Homme et son environnement, même l'Homme et les dérèglement hypothétiques du Temps.
Alors, ici, c'est bien l'Homme et la Fin du Monde, débarrassé de toutes les scories hollywoodiennes, de tous les vaisseaux intergalactiques, de toutes les réunions de sociétés savantes, de tous les super-héros
L'histoire se passe dans un coin isolé et indéterminé, seules les réactions des personnages intéressent Lars von Trier.
Les héros sont suffisamment extraordinaires pour que leur point de vue et leur approche englobe toute l'humanité.
Kirsten Dunst obtint le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes en 2011,
Charlotte Gainsbourg le méritait tout aussi bien.

Comme c'est intéressant de voir un thème semblable traité par un artiste (presque) extérieur au genre.

Ceux qui ne l'ont pas vu au cinéma doivent acheter le DVD.

#43 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 19-05-2012 20:51:05

Christian a écrit :

Et où qu'ils sont marqués les ISBN ? A priori, ce n'est pas sur la page du tirage ? Ne me laissez pas dans l'angoisse ! J'veux des scans d'ISBN !! big_smile big_smile

Je vous montre une drôle de chose sur le n° 47 :

la page de l'A.I. montre une marque de colle (un peu transparente) à gauche, tout le long de la hauteur :

v_cla047i5.jpg

comme si une page supplémentaire avait été collée,

ce qui est bien le cas.

v_cla047i6.jpg

l'imprimeur a bien pris une page blanche, l'a pliée, et l'a collée.
Elle est effectivement moins large, de la largeur du rabat qui a été encollé.

v_cla047i7.jpg

Le pourquoi de l'opération n'apparait pas clairement,
pourquoi ajouter une page blanche ?

#44 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 06-05-2012 14:56:26

Los Angeles 2013 (Escape from L.A.) film américain (1996), genre : S.F.
Réalisé par John Carpenter, avec Kurt Russell, Peter Fonda, Cliff Robertson, Steve Buscemi, Pam Grier, Stacy Keach , Valeria Golino ,etc ... 

los_an10.jpg

2000, un séisme de magnitude 9,6 sépare la ville de Los Angeles des États-Unis, elle est déclarée prison de haute sécurité, lieu de déportation de tous ceux qui refusent de vivre comme de bons américains. Une unité spéciale de police garde un mur longeant le rivage, rendant toute évasion impossible.
2013, Utopia, la fille du Président à vie, se rebelle contre son père et sa théocratie, dérobe une boite noire, secret d'état et s'enfuit à Los Angeles pour rejoindre son amant le terroriste international Cuevos Jones
Snake Plisken, prisonnier détenu pour 27 crimes moraux se voit proposer l'amnistie s'il ramène la boite noire. Une injection d'un virus mortel dont seule la police détient l'antidote ne lui accorde qu'un délai d'une dizaine d'heures.
Sur place, il rencontre une collection d'individus qu'il doit convaincre de l'aider, Eddie, le guide des stars, Taslima qui veut porter des manteaux de fourrures, Pipeline qui lui apprend le surf, Hershe Las Palmas qui lui fournit le deltaplane, ...

Comme dans "New-York 1997", les autorités sont d'abord répressives, Snake est égal à lui-même, opposé aussi bien aux dirigeants pourris et pleutres qu'aux gangs, terroristes et autres fauteurs de trouble.
Il s'attache à la Liberté, met sa force et son entrainement au service de la Justice, évidemment, c'est un peu la sienne, un peu expéditive, la notion qu'il en a, mais le spectateur peut se réjouir de le voir triompher de tous les méchants.
Le Président veut récupérer la boite, mais pas sa fille qu'il estime perdue pour la cause, vendue aux terroristes cubains, péruviens ou mexicains, Snake doit l'éliminer.

Les acteurs sont tous bons dans leurs rôles archétypaux, c'est le métier de Carpenter d'utiliser toutes ces personnalités.
"Just call me Snake"

Un bon film d'action, qui mérite d'être revu.

#45 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 06-05-2012 01:17:06

Lock Out film français (2012) genre : S.F.
réalisé par James Mather et Stephen St. Leger, avec Guy Pearce, Maggie Grace, Vincent Regan, etc

lock_o10.jpg

Snow, c'est son nom, agent secret, est compromis dans l'assassinat de son chef, une bien mauvaise affaire, bien mal engagée,
il est interrogé par le directeur Langral qui ne cherche qu'à l'accabler.
Cependant, Shaw, un autre directeur essaie de l'aider.
Pendant ce temps, sur MS-ONE,  une prison spatiale expérimentale où 500 criminels sont maintenus dans un sommeil artificiel, la fille du Président des Etats-Unis, Emilie Warnock, est chargée d’une mission humanitaire,
Une imprudence libère tous les prisonniers et les observateurs sont pris en otage.
Le Président ordonne alors qu'un homme aguerri soit envoyé avec pour seule mission de sauver sa fille, exclusivement.
Snow est le volontaire idéal, un peu de manipulation et il accepte.
L'émeute est d'abord menée par Alex, un homme dur mais réaliste, mais bientôt Hydell l'élimine, lui, il ne veut qu'abuser d'Emilie Warnock et toute solution sensée disparait. 

Les premières minutes sont inoubliables,
l'humour de Snow s'apparente davantage au cynisme, à la dérision, mais il est toujours rafraichissant.
Pour une histoire aussi simple, il est bon que le héros exprime un certain degré d'intelligence au travers de ses propos.
les autres ne peuvent pas se payer ce luxe, les méchants doivent être méchants, les autorités, sans âme et la demoiselle en détresse, un peu nunuche.
Guy Pearce, a dit-on soulevé un peu de fonte pour adopter le personnage de l'increvable.
Maggie Grace d'abord blonde avec un tailleur rose, comme Jackie Kennedy, réussit bien son évolution en brune et combinaison de combat.
La présence d'une mention, aussi bien au générique de début qu'au générique de fin
"sur une idée originale de Luc Besson" amène à réfléchir, en effet l'idée ne semble guère originale,
mais il faut comprendre que l'origine de l'idée est de Luc Besson.
Les critiques, aussi bien de la Presse, que des spectateurs, évoquent "Los Angelès 2013",
avec Snake et la fille du Président. Voire !

Je suis très content d'avoir vu ce film, assez proche du western, mais que le décor situe entièrement dans le genre qui nous intéresse.

#46 Re : Les collections » OPTA / Nouvelles éditions OPTA : CLA » 04-05-2012 01:05:39

Lord Darcy a écrit :

Mais au fait, qui numérotait? L'éditeur ou l'imprimeur?

La numérotation était faite chez l'imprimeur,
avec un numéroteur à main

v_numeroteur.jpg

qui était réglé pour incrémenter le numéro après un certain nombre de documents compostés.

En effet, le numéro était reporté :
- sur le livre,
- sur un petit signet de papier que l'on peut encore trouver à l'intérieur du livre,

peut-être sur le courrier d'accompagnement des souscripteurs.

Ce type d'appareil peut être la source de doublons et éventuellement de manques, dans la série
voir d'absence de compostage.

Aucune sécurité n’empêche de dépasser le nombre d'exemplaires prévus.

Toutefois, lorsque c'est l'Achevé d'Imprimer qui varie,
c'est bien l'éditeur qui est responsable.

#47 Re : Autres supports de l'Imaginaire » Cinoche » 16-04-2012 23:48:22

Hunger Games film américain (2012), genre : S-F
Réalisé par Gary Ross, avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth,
Scénario de Suzanne Collins, d'après son livre homonyme.

Dans ces États-Unis d'Amérique, douze districts se sont rebellés contre le pouvoir central.
Depuis, chaque année, ces districts doivent envoyer un garçon et une fille, participer aux "Hunger Games",
jeu télévisé en plein air dont un seul participant doit sortir vivant..
Ce sont les Tributs, volontaires ou tirés au sort.
Katniss Everdeen et Peeta Mellark représentent le district 12 dans ces 74ème Jeux.

C'est Running Man, c'est "Le Prix du danger", c'est "Battle Royale", mais une version soft, pour les enfants à partir de treize ans.
Et quel besoin ont les enfants de treize ans de découvrir que le monde est pourri, quel besoin de leur faire croire que l'amour et la sincérité vont triompher de tous les méchants.
Que le livre ait eu un grand succès, que le film ait rapporté de grosses recettes aux E.U. ne rendra pas cette histoire meilleure;
cela traduit simplement le manque de culture qui permet de faire passer pour originale une œuvre qui l'est si peu.
Les acteurs font ce qu'ils peuvent, Donald Sutherland fait une panouille.

Si vous avez des enfants de l'age requis, vous pouvez les emmener, en leur indiquant bien que dans la vraie vie, quand on est mort, c'est pour toujours.

#48 Re : Les collections » Fleuve Noir Anticipation (1951 - 1967) » 15-04-2012 14:11:35

getget9 a écrit :

bonjour j ai le fn 181 la caverne du futur jimmy guieu mais il me manque les pages a partir de 181 quelqu’un peut il me donner un fichier avec les dernières pages merci d avance

Pose ta question sur le forum : http://forumfna.livrovore.fr/
en effet certains forumeurs y lisent des Fleuve Noir en ebooks.

#49 Re : Les collections » Fleuve Noir Super Poche » 11-04-2012 22:35:27

Cirroco Jones a écrit :

Des précisions sur
25- G.-J. Arnaud .. L'homme noir  - isbn : 2-265-05714-2

Préface de Michel Rossillon
  L'homme noir (1975)
  Enfantasme (1976)
  L'enfer du décor (1977)
  Les jeudis de Julie (1978)
Bibliographie de Michel Rossillon (établie à partir de celle de la revue Polar n° 26 et complétée jusqu'en 1994)

Ce qui est amusant dans cette très belle bibliographie, c'est que les quatre titres du Super Poche n'y sont pas référencés!!!

Donc, pour la base de données qui n'est pas complète, quelques informations :
L'homme noir, Fleuve Noir Spécial police n° 1190, 1975
Enfantasme Fleuve Noir Spécial police n° 1235, 1976 - rééd. Crime Fleuve noir n° 1, 1991
L'enfer du décor Spécial police n° 1343, 1977
Les jeudis de Julie Spécial-police n° 1389, 1978 - rééd. Crime Fleuve noir n° 10, 1991

C'est du hors genre total ! tongue

#50 Re : Bibliothèques et étagères - Logiciels et techniques, » Rangement des livres - 1. Constructions personnelles » 11-04-2012 22:29:15

Pour ceux qui ne veulent pas s'embêter à construire leur propre bibliothque :

v_bibliotheque_a_londres.jpg

Je l'aurais bien acheté, mais la place pour les livres est quand même un peu comptée. smile

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.5.11

bouton BDFI
Validated by HTML Validator
© BDFI 2021 - Contacts : - -
Dernière modification : Sunday 3 January 2021, 20:10