Forums BDFI

Forums de discussions du site Base de Données Francophone de l'Imaginaire
Ces forums sont réservés aux genres science-fiction, fantastique, fantasy, merveilleux, horreur, gore.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

INSCRIPTION : La lecture des forums est accessible à tous. Pour écrire il faut vous inscrire (mais attention, pour lutter contre les robots spammeurs, les inscriptions non suivies de messages dans les forums seront annulées).

#1 03-03-2006 18:30:49

Totofouinard
[•°•] Sous-dieu
Inscription : 25-11-2005
Messages : 1 194

Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

J'y crois pas !!!!!!

Les citations de fantomas sont TROP TOP !

Je cite :

« Il est onze heures, répéta le personnage muet. »
BALZAC, La Bourse.

Après la citation d'Edmond About sur la fille qui continuait sa lecture les yeux fermés.

D'où ce tout nouveau topic destiné à recueillir les citations de ce genre pour la postérité !


Sur une colline de Scandinavie, par un beau soir de l'an 2082, un homme marchait d'un pas rapide. Un vent léger soulevait son immense cape noire et agitait mollement ses longs cheveux d'un blanc soyeux. Cet étrange personnage était Warner Ohberg, un prestigieux savant dont le génie paraissait bien proche de la folie (L. Massiéra, Le voleur d'océans, 1955, Mon roman d'aventures 346)

Hors ligne

#2 03-03-2006 18:33:22

Totofouinard
[•°•] Sous-dieu
Inscription : 25-11-2005
Messages : 1 194

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

En élaborant ce Nouveau topic, j'ai d'ailleurs fait quelques recherches sur internet au sujet de ces citations, du moins les classiques que tout le monde connaît. Y en a pas bézef.
Par exemple, la citation (apocryphe) "ses mains étaient froides comme celles d'un serpent" est mentionnée 361 fois mais ça a l'air d'être un mot de passe, ou un code utilisé sans aucun rapport avec le thème.

Dernière modification par Totofouinard (03-03-2006 18:36:06)


Sur une colline de Scandinavie, par un beau soir de l'an 2082, un homme marchait d'un pas rapide. Un vent léger soulevait son immense cape noire et agitait mollement ses longs cheveux d'un blanc soyeux. Cet étrange personnage était Warner Ohberg, un prestigieux savant dont le génie paraissait bien proche de la folie (L. Massiéra, Le voleur d'océans, 1955, Mon roman d'aventures 346)

Hors ligne

#3 03-03-2006 18:35:30

Totofouinard
[•°•] Sous-dieu
Inscription : 25-11-2005
Messages : 1 194

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Autres citations connues :

- Oh ! oh ! dit-il en portugais (Dumas)

- Il tenait un pistolet dans chaque main et un couteau dans l'autre

- Il mangeait sans desserrer les dents

- Etc....


Sur une colline de Scandinavie, par un beau soir de l'an 2082, un homme marchait d'un pas rapide. Un vent léger soulevait son immense cape noire et agitait mollement ses longs cheveux d'un blanc soyeux. Cet étrange personnage était Warner Ohberg, un prestigieux savant dont le génie paraissait bien proche de la folie (L. Massiéra, Le voleur d'océans, 1955, Mon roman d'aventures 346)

Hors ligne

#4 03-03-2006 18:41:19

Totofouinard
[•°•] Sous-dieu
Inscription : 25-11-2005
Messages : 1 194

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Sans oublier la fameuse :

Il vit le lit vide et le devint (attribuée à Alphonse Allais pastichant Ponson du Terrail, mais j'ai jamais su d'où ça sortait...)

Dernière modification par Totofouinard (03-03-2006 18:41:38)


Sur une colline de Scandinavie, par un beau soir de l'an 2082, un homme marchait d'un pas rapide. Un vent léger soulevait son immense cape noire et agitait mollement ses longs cheveux d'un blanc soyeux. Cet étrange personnage était Warner Ohberg, un prestigieux savant dont le génie paraissait bien proche de la folie (L. Massiéra, Le voleur d'océans, 1955, Mon roman d'aventures 346)

Hors ligne

#5 03-03-2006 18:44:48

Totofouinard
[•°•] Sous-dieu
Inscription : 25-11-2005
Messages : 1 194

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Perles du roman populaire : il y en a des anthologies pleines, mais souvent les références manquent, et ce sont des citations inventées, fabriquées par les journalistes et les critiques....
Régis Messac fut un des plus sérieux collectionneurs de perles littéraires, glanées au cours de ses lectures, et en fit une vaste anthologie dans "les Priomaires", avec les références. Balzac et d'autres auteurs classiques y sont à l'honneur


Sur une colline de Scandinavie, par un beau soir de l'an 2082, un homme marchait d'un pas rapide. Un vent léger soulevait son immense cape noire et agitait mollement ses longs cheveux d'un blanc soyeux. Cet étrange personnage était Warner Ohberg, un prestigieux savant dont le génie paraissait bien proche de la folie (L. Massiéra, Le voleur d'océans, 1955, Mon roman d'aventures 346)

Hors ligne

#6 03-03-2006 18:46:25

Totofouinard
[•°•] Sous-dieu
Inscription : 25-11-2005
Messages : 1 194

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Autre classique :

- Il se promenait, les bras croisés derrière le dos, en lisant son journal


Sur une colline de Scandinavie, par un beau soir de l'an 2082, un homme marchait d'un pas rapide. Un vent léger soulevait son immense cape noire et agitait mollement ses longs cheveux d'un blanc soyeux. Cet étrange personnage était Warner Ohberg, un prestigieux savant dont le génie paraissait bien proche de la folie (L. Massiéra, Le voleur d'océans, 1955, Mon roman d'aventures 346)

Hors ligne

#7 03-03-2006 18:54:14

Totofouinard
[•°•] Sous-dieu
Inscription : 25-11-2005
Messages : 1 194

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Forme classique de cette citation apocryphe (qui n'a jamais été écrite par Ponson du Terrail, ni dans Rocambole, ni ailleurs) :

"Elle avait les mains froides comme celles d'un serpent [Ponson du Terrail / Rocambole]"

(utilisée comme signature par un internaute dans ses posts en 2002)


Sur une colline de Scandinavie, par un beau soir de l'an 2082, un homme marchait d'un pas rapide. Un vent léger soulevait son immense cape noire et agitait mollement ses longs cheveux d'un blanc soyeux. Cet étrange personnage était Warner Ohberg, un prestigieux savant dont le génie paraissait bien proche de la folie (L. Massiéra, Le voleur d'océans, 1955, Mon roman d'aventures 346)

Hors ligne

#8 03-03-2006 19:22:52

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

La salle à manger sera aussi accueillante que la maîtresse de maison. On doit être heureux d’y pénétrer et n’en sortir qu’à regret », Pierre ANDRIEUX, L’art de la table.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#9 03-03-2006 19:24:03

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

« Il l’atteignit si furieusement de son poignard qu’il le manqua », BALZAC, La Femme de trente ans.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#10 03-03-2006 19:25:13

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

« Je n’y vois plus clair, dit la vieille aveugle », BALZAC.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#11 03-03-2006 19:26:28

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

« Ah ! Ah ! dit Don Manoël en portugais », Alexandre DUMAS, Le Collier de la reine. (serait l'origine de la citation donnée par Totofouinard)


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#12 03-03-2006 19:28:02

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

« Vous êtes, dit Colbert, aussi spirituel que Monsieur de Voltaire », Alexandre DUMAS, Le Vicomte de Bragelonne.
Colbert (1619-1683)
Voltaire (1694-1778 )


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#13 03-03-2006 19:29:02

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

« Soixante et quinze francs en pièces de quarante sous », FLAUBERT, Madame Bovary.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#14 03-03-2006 19:30:13

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Une de mes préférées:

« Dans cette famille, ils étaient stériles de père en fils », Alain HEADSON.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#15 03-03-2006 19:31:31

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

De PONSON DU TERRAIL:

« Bon ! Bon ! maugréa-t-il en silence et en bas-breton », PONSON DU TERRAIL.

« Il avait un pantalon de velours et un gilet de la même couleur. », PONSON DU TERRAIL, Rocambole.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#16 03-03-2006 19:33:09

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Question d'âge:

« Il avait 77 ans et en paraissait facilement le double », Léopold STAPLEAUX, Les Ingénus de Paris.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#17 03-03-2006 19:34:36

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Problème de pronom(s):

« Le misérable se précipita sur l’enfant. Il lui saisit la tête et lui en vida le contenu dans la bouche », Alexis BOUVIER.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#18 03-03-2006 19:42:57

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Sinon un peu de bibliographie (merci la BNF wink ):

Auteur(s) :  Detambel, Régine (1963-....)
Titre(s) :  La nouvelle comédie des mots [Texte imprimé] / Régine Detambel
Publication :  [Paris] : Gallimard jeunesse, 1999
Imprimeur / Fabricant :  27-Évreux : Impr. Hérissey
Description matérielle :  176 p. : couv. ill. en coul. ; 18 cm
Collection :  Collection Page blanche ; 36
Lien à la collection :  Collection Page blanche.

Auteur(s) :  Gagnière, Claude (1928-2003)
Titre(s) :  Pour tout l'or des mots [Texte imprimé] : au bonheur des mots, des mots et des merveilles / Claude Gagnière ; préf. de Jean-Claude Carrière
Publication :  Paris : R. Laffont, 1997
Imprimeur / Fabricant :  45-Manchecourt : Impr. Maury-Eurolivres
Description matérielle :  X-1066 p. : couv. ill. en coul. ; 20 cm
Collection :  Bouquins
Lien à la collection :  Bouquins (Paris).
Note(s) : 
Précédemment paru sous les titres : "Au bonheur des mots" et "Des mots et merveilles". - Bibliogr. p. 1041-1045. Index
(un chapitre complet intitulé « Sottises »).

Type : texte imprimé, monographie
Titre(s) :  Les perles de la littérature [Texte imprimé] / [recueillies par] Pierre Ferran
Publication :  Paris : P. Horay, 1999
Imprimeur / Fabricant :  14-Condé-sur-Noireau : Impr. Corlet
Description matérielle :  Non paginé [87] p. ; 16 cm
Collection :  Le cabinet de curiosité
Lien à la collection :  Le Cabinet de curiosités.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#19 04-03-2006 10:16:47

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

PONSON TOUJOURS:

"Madeleine était grande et un peu pâle [...]. On dirait une vierge pressentant les douleurs de la maternité"


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#20 06-03-2006 12:49:42

Totofouinard
[•°•] Sous-dieu
Inscription : 25-11-2005
Messages : 1 194

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Tout ça est bien beau mais comme dab aucune référence (édition, date, page)


Sur une colline de Scandinavie, par un beau soir de l'an 2082, un homme marchait d'un pas rapide. Un vent léger soulevait son immense cape noire et agitait mollement ses longs cheveux d'un blanc soyeux. Cet étrange personnage était Warner Ohberg, un prestigieux savant dont le génie paraissait bien proche de la folie (L. Massiéra, Le voleur d'océans, 1955, Mon roman d'aventures 346)

Hors ligne

#21 06-03-2006 13:14:07

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Fantomas a écrit :

PONSON TOUJOURS:

"Madeleine était grande et un peu pâle [...]. On dirait une vierge pressentant les douleurs de la maternité"

Rocambole, L'Auberge maudite, II, ch. 4

Dernière modification par Fantomas (06-03-2006 14:25:52)


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#22 06-03-2006 14:25:36

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

En proie à un affolement complet, il sentait ses quatre membres s'entrechoquer dans son cerveau, et il pouvait répondre à aucune.

X. de Montépin, La Joueuse d'orgue, feuilleton de La dépêche du midi, 14 avril 1928


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#23 07-03-2006 11:10:24

Totofouinard
[•°•] Sous-dieu
Inscription : 25-11-2005
Messages : 1 194

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Fantomas a écrit :

Rocambole, L'Auberge maudite, II, ch. 4

Voilà qui est mieux !


Sur une colline de Scandinavie, par un beau soir de l'an 2082, un homme marchait d'un pas rapide. Un vent léger soulevait son immense cape noire et agitait mollement ses longs cheveux d'un blanc soyeux. Cet étrange personnage était Warner Ohberg, un prestigieux savant dont le génie paraissait bien proche de la folie (L. Massiéra, Le voleur d'océans, 1955, Mon roman d'aventures 346)

Hors ligne

#24 07-03-2006 11:11:39

Totofouinard
[•°•] Sous-dieu
Inscription : 25-11-2005
Messages : 1 194

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

On peut trouver mieux comme signature !

--------------------------------------------------------------------------------
"Il était naturellement sale de sa personne, mais se lavait pour dissimuler"
Angelo de Sorr, Le Drame des carrières d'Amérique, 1868.
(Je ne mets plus que des citations spécialement pour Totofouinard)


Sur une colline de Scandinavie, par un beau soir de l'an 2082, un homme marchait d'un pas rapide. Un vent léger soulevait son immense cape noire et agitait mollement ses longs cheveux d'un blanc soyeux. Cet étrange personnage était Warner Ohberg, un prestigieux savant dont le génie paraissait bien proche de la folie (L. Massiéra, Le voleur d'océans, 1955, Mon roman d'aventures 346)

Hors ligne

#25 10-03-2006 12:26:03

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

"Je vis, en une seconde, le poignard levé du bandit...
Il me sembla, ma parole, que j'allais entendre, que j'entendais déjà le claquement sec de ses coups de feu..."
Marcel Allain, Défense de tuer, collection Paris, Tour Eiffel.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#26 10-03-2006 12:27:36

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

"Il faut mourir!... il disait cela, comme s'il eût fallu en finir!"
Marcel Allain, Gigolo II, La belle victoire, chapitre XXIII, Persiflages.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#27 10-03-2006 12:31:20

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Une rigolote:

"Je meurs pour deux raisons abominables. J'ai terriblement faim d'abord!... Ensuite la curiosité me dévore."
Marcel Allain, Les Femmes Pièges, chapitre XIII.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#28 10-03-2006 12:59:10

Totofouinard
[•°•] Sous-dieu
Inscription : 25-11-2005
Messages : 1 194

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Très bien ah ah ! C'est un bon excercice que de relever des citations boiteuses chez Marcel Allain, doit y en avoir pleins !

Quant à celle-là, elle me fait penser à une nouvelle de W. C. Morrow où un homme-tronc commet un meurtre de la même manière... :

"On va acheter le journal  en passant, dit-il. Y a un crime qui me passionne... un salaud de manchot comme toi qui a zigouillé son patron d'un coup de dents, en lui bouffant la gorge"
Marcel Allain, Les Cris de la misère humaine, tome VI.


Sur une colline de Scandinavie, par un beau soir de l'an 2082, un homme marchait d'un pas rapide. Un vent léger soulevait son immense cape noire et agitait mollement ses longs cheveux d'un blanc soyeux. Cet étrange personnage était Warner Ohberg, un prestigieux savant dont le génie paraissait bien proche de la folie (L. Massiéra, Le voleur d'océans, 1955, Mon roman d'aventures 346)

Hors ligne

#29 13-03-2006 11:46:27

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

"On va acheter le journal  en passant, dit-il. Y a un crime qui me passionne... un salaud de manchot comme toi qui a zigouillé son patron d'un coup de dents, en lui bouffant la gorge"
Marcel Allain, Les Cris de la misère humaine, tome VI.


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#30 15-03-2006 20:20:39

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Mécompte:

J'appelai le maître de l'auberge afin qu'il nous apporte une bouteille de son meilleur vin et trois verres. Je les remplis, et, en prenant deux dans chaque main, j'allais à Cointet." A. Dumas


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#31 22-04-2006 07:03:28

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Le colonel suédois mettait instinctivement la main sur le pommeau de son épée, mais c'était un geste sans importance, car il était en civil et ne portait point d'armes.
P. Souvestre et M. Allain, L'Hôtel du crime, Bouquins, p 473 (références précises pour faire plaisir à Totofouinard wink )


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#32 24-04-2006 12:48:24

Totofouinard
[•°•] Sous-dieu
Inscription : 25-11-2005
Messages : 1 194

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Fantomas a écrit :

Mécompte:

J'appelai le maître de l'auberge afin qu'il nous apporte une bouteille de son meilleur vin et trois verres. Je les remplis, et, en prenant deux dans chaque main, j'allais à Cointet." A. Dumas

Il avait déjà un coup de trop dans le cigare lol


Sur une colline de Scandinavie, par un beau soir de l'an 2082, un homme marchait d'un pas rapide. Un vent léger soulevait son immense cape noire et agitait mollement ses longs cheveux d'un blanc soyeux. Cet étrange personnage était Warner Ohberg, un prestigieux savant dont le génie paraissait bien proche de la folie (L. Massiéra, Le voleur d'océans, 1955, Mon roman d'aventures 346)

Hors ligne

#33 08-01-2007 15:51:29

Fantomas
[•°•°•] Attention au BLOG!
Inscription : 09-01-2006
Messages : 4 208
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

D'une main il ouvrit la porte et de l'autre il cria : Vive la République !
[Ponson du Terrail]

Je pars pour la guerre de Cent ans.
[Ponson du Terrail]


Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/portail.htm
Blog sur la SF ancienne: archeosf.blogspot.com

Hors ligne

#34 03-04-2007 00:26:26

Dr Mabuse
[•°°•] X-Man Morlock
Lieu : Paris
Inscription : 10-01-2007
Messages : 2 288

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

La limite est parfois subtile entre le rire et l'agacement :

"La sphère hypertrophiée de la République populaire prenait tout le cadran nord-est..."
David Weber, Mission Basilic.Edition Atalante page 12
Bref, la sphère était à mi-chemin entre la pomme de terre et le cube...

"Elle ne regarda pas derrière elle, mais le miroir placé au premier tournant du tube et destiné à rendre visible le trafic de la section au-delà lui permit de voir le caporal taper sur le com..."
David Weber, Mission Basilic.Edition Atalante page 27

C'est bien compliqué pour remettre en cause les lois de la réflection...

citons Arnaud Mousnier-Lompré le traducteur qui est au moins complice. Smiley-msn.com-Diables-21084.gif

Hors ligne

#35 03-04-2007 09:00:45

Christian
[°*°] A la poursuite des scans
Inscription : 19-01-2005
Messages : 13 119
Site Web

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Dr Mabuse a écrit :

La limite est parfois subtile entre le rire et l'agacement :

citons Arnaud Mousnier-Lompré le traducteur qui est au moins complice.

C'est vrai que parfois on se demande qui de l'auteur ou du traducteur (ou du typographe si ce métier existe encore) est à l'origine des lourdeurs. Je suis en train de m'épuiser sur Temps de Stephen Baxter et par moment je me demande si ceux qui ont traduit ont vraiment tout compris au texte original ou s'ils se sont amusés à glisser des formulations imbuvables juste pour faire "hard-science" (à moins que ce soit moi qui soit devenu subitement imperméable à la SF).

Je n'ai pas le bouquin sous la main, mais je vous en mettrai quelques passages à l'occasion smile

Hors ligne

#36 12-04-2007 21:32:23

Dr Mabuse
[•°°•] X-Man Morlock
Lieu : Paris
Inscription : 10-01-2007
Messages : 2 288

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

David Weber dans "Mission Basilic" p 313 (traduit par Arnaud Mousnier-Lompré) a écrit :

Honnor inclina son fauteuil en arrière, croisa les jambes et posa le menton sur ses doigts joints,

Essayez, pour voir tongue

Hors ligne

#37 13-04-2007 09:30:11

Nick Talopp
[•°•] AE Van Vogt fan club mais pas seulement...
Inscription : 21-10-2006
Messages : 1 361

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Le métier de relecteur se perd un peu, tout le monde se croit compétant chez les éditeurs dans cette activité qui est en fait très délicate, et fonctionne sur plusieurs niveaux. Ce qui est trompeur, c'est que tout le monde arrive, effectivement, à détecter des erreurs, ce qui donne l'impression que le texte a été corrigé... Mais il en reste, il en reste, il en reste , des erreurs...
Il est vrai que chez des grands éditeurs, ce défaut n'est pas acceptable, et qu'il faut leur signaler (sans être agressif: pointer simplement les erreurs sans commentaires excessifs est déjà suffisamment humiliant...)
Il ne faut cependant pas mythifier les textes publiés du passé, dont on croit naïvement qu'ils étaient mieux édités (on l'entend en tout cas souvent dire). C'est généralement faux, parfois même archi faux... On s'aperçoit aujourd'hui, après relectures soigneuses, que les traductions étaient bourrées d'erreurs, et que les traducteurs du passé avaient tendance, aussi, à "supprimer" les passages litigieux, ce qui évidemment en simplifiait grandement la traduction... La mode d'aujourd'hui est à une plus grande fidélité au texte d'origine, ce qui semble en soit mieux, mais augmente les risques d'erreur, et fait aussi bien davantage ressortir la lourdeur d'origine de certains textes traduits (les tolérances stylistiques sont très, très différentes entre l'anglais et le français). Parlez-en aux traductieurs (notre ami Patrick Dussoulier, Mr Vance n°1,  est intarissable, et passionnant sur ce sujet...)
Il faut aussi se rendre compte de quelque chose que nous oublions souvent: nous ne sommes pas des lecteurs ordinaires. Nos exigeances (légitimes!) et notre coup d'oeil (légendaire!) sont très, très  au-dessus de celles des lecteurs habituels.
En tout cas, une chose: toujours signaler, courtoisement, aux éditeurs, les défauts de leurs publications.
Joe, le gentil moralisateur de l'édition

Hors ligne

#38 13-04-2007 09:45:28

Dave O'Brien
[•°•°•] Abonné absent
Inscription : 31-03-2005
Messages : 3 386

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Nick Talopp a écrit :

Le métier de relecteur se perd un peu, tout le monde se croit compétant

Effectivement ! tongue

Hors ligne

#39 13-04-2007 10:10:55

Cirroco Jones
[•°•°•] Perdue dans les asteroïdes
Inscription : 20-02-2006
Messages : 6 613

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Il n'y a pas que la traduction qui entraîne lourdeur et quiproquo, pensons aux typographes d'antan qui ne doivent rien aux photocomposeurs (? ça se dit) d'aujourd'hui. Un lien marrant trouvé lors de mes errances:

http://fr.wikisource.org/wiki/Dictionna … ypographes

Tout en bas, les coquilles.

Hors ligne

#40 16-04-2007 14:29:53

Dr Mabuse
[•°°•] X-Man Morlock
Lieu : Paris
Inscription : 10-01-2007
Messages : 2 288

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

David Weber dans "Pour l'honneur de la reine" p 222 (traduit par Florence Bury) a écrit :

L'acier des forges de la colère fumait dans ses yeux bruns, ...

Bref, elle était très, très fâchée tongue

J'ai bien lu tout ce que, Nick Talopp, Christian, Cirroco Jones, vous avez exprimé à ce sujet.
Dans ce cas précis, le traducteur a changé d'un livre à l'autre, donc c'est très certainement l'auteur qui fume un peu trop, Smiley-msn.com-Cannabis-4012.gif
mais l'Atalante, qui est un grand éditeur, devrait donner des consignes pour éviter de se ridiculiser ainsi.

Hors ligne

#41 02-06-2008 22:37:41

Dr Mabuse
[•°°•] X-Man Morlock
Lieu : Paris
Inscription : 10-01-2007
Messages : 2 288

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Je lis "LeTour du Monde en 14 jours, Norbert Sevestre, bibliothèque de la Jeunesse, librairie Hachette 1926,
qui a été posté quelque part, mais que je n'arrive pas à retrouver:

page 59:
.

.. ces honnêtes Quitériens de race blanche, qu'il est facile de reconnaitre à leur teint basané, ...

page 62

"Ololo ! lo ! lo ! " jubila-t-il intérieurement.

Hors ligne

#42 03-06-2008 13:32:10

snarkhunter
[•] Elfe
Inscription : 16-05-2008
Messages : 268

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

Fantomas a écrit :

Mécompte:

J'appelai le maître de l'auberge afin qu'il nous apporte une bouteille de son meilleur vin et trois verres. Je les remplis, et, en prenant deux dans chaque main, j'allais à Cointet." A. Dumas

Peut-être faut-il comprendre "tout en prenant deux objets dans chaque main", ce qui ferait alors sens : trois verres, plus la bouteille elle-même... et le compte est bon !


"What I tell you three times is true."

Hors ligne

#43 14-06-2008 15:31:15

Dr Mabuse
[•°°•] X-Man Morlock
Lieu : Paris
Inscription : 10-01-2007
Messages : 2 288

Re : Ses mains étaient froides commes celles d'un serpent

La lecture de H.J. Magog est agréable car son style est assez fluide.
Cependant, elle n'est pas exempte de bonnes surprises :

Trois ombres sur Paris (1928), Editions Marabout SA, Bibliothèque Marabout n° 555, 1975.
page 187 :

... elle croisa une longue file de voitures cellulaires, qui suivaient la même direction

l'essentiel est bien que tout le monde arrive à bon port big_smile

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.4.9

bouton BDFI
Validated by HTML Validator
© BDFI 2012 - Contacts : - -
Dernière modification : Monday 27 August 2012, 10:57