Forums BDFI

Forums de discussions du site Base de Données Francophone de l'Imaginaire
Ces forums sont réservés aux genres science-fiction, fantastique, fantasy, merveilleux, horreur, gore.

Vous n'êtes pas identifié(e).

Annonce

INSCRIPTION : La lecture des forums est accessible à tous. Pour écrire il faut vous inscrire (mais attention, pour lutter contre les robots spammeurs, les inscriptions non suivies de messages dans les forums seront annulées).

#1 08-02-2013 16:15:56

Lord Darcy
Membre ++
Inscription : 11-11-2010
Messages : 601

Conquêtes

Dès 1939, en pionnier, Georges H. Gallet avait formé le projet d'acclimater la S F anglo-saxonne au public français (euh, ou l'inverse).
La revue "Conquêtes" devait  être un hebdomadaire de vulgarisation scientifique contenant des textes d'anticipation:

v_conquetes.jpg

La couverture du n° 00 annonce Jean de la Hire ainsi que "Kilsona" de Festus Pragnell (que Gallet publiera finalement 15 ans plus tard au "Rayon Fantastique").
Seule la date de sortie du n°1 (Septembre 1939) avait été moyennement bien choisie, Gallet étant alors sous les drapeaux.

(Rêveurs et uchronistes se plaisent à imaginer une autre histoire de la S F en France si la revue avait vécu).

Dernière modification par Lord Darcy (08-02-2013 16:22:12)

Hors ligne

#2 08-02-2013 17:09:26

Cirroco Jones
[•°•°•] Perdue dans les asteroïdes
Inscription : 20-02-2006
Messages : 6 613

Re : Conquêtes

Bravo pour cette image du tout premier magazine SF, je ne l'avais jamais vu. C'est impressionnant et assez troublant. Et c'est vrai qu'il s'est passé ensuite douze ans avant que la SF ne réapparaisse comme un genre en France.

Tu l'as en main?

Hors ligne

#3 08-02-2013 17:32:17

Lord Darcy
Membre ++
Inscription : 11-11-2010
Messages : 601

Re : Conquêtes

Cirroco Jones a écrit :

Tu l'as en main?

Hélas non.
En fait, la revue est rare, mais pas l'image, que l'on trouve dans le cahier d'illustrations du Sadoul (A.M 1973).

Hors ligne

#4 08-02-2013 17:41:47

Cirroco Jones
[•°•°•] Perdue dans les asteroïdes
Inscription : 20-02-2006
Messages : 6 613

Re : Conquêtes

Ceci qui explique cela, je n'ai que la réédition en J'ai Lu...
Un numéro zéro qui mériterait peut-être une édition en fac-similé, comme témoignage historique.

Hors ligne

#5 08-02-2013 18:05:40

Ismaël II
Membre ++
Inscription : 04-07-2010
Messages : 1 338

Re : Conquêtes

Bon sang! celui-là je le recherche depuis avant ma naissance, j'avais même cru  à un moment que c'était une bonne plaisanterie de Pierre Versins. En plus un numéro 0 sans numéro 1,  voilà qui n'est pas banal.

Hors ligne

#6 08-02-2013 20:59:35

jeandive
Membre
Inscription : 16-02-2008
Messages : 1 009
Site Web

Re : Conquêtes

plusieurs chanceux ont pu le tripoter a paris lors d'un repas avec maitre Sadoul qui l'avait amené sous le coude ( quel coude ! )

Hors ligne

#7 23-10-2022 13:03:35

jeandive
Membre
Inscription : 16-02-2008
Messages : 1 009
Site Web

Re : Conquêtes

je farfouille sur Gallet ( si j'ose dire ) , beaucoup de choses sur ses participations dans les fanzines américains d'avant/après guerre , heureusement aujourd'hui scannés en nombre
je reprend ici le post que j'ai mis sur facebook

Conquêtes
H.G. Gallet fait partie des quelques rares personnes qui diffusèrent la science-fiction en France à ses tout débuts, soit tout de suite après guerre ( entre autre dès 1947 dans son magazine " coquin",  " V"  ) alors que le mot en lui-même n'existait pas encore ( première occurrence trouvée à ce jour, par J. Baudou, en 1949, dans le journal " Carrefour"  mais au masculin " le science-fiction" , let diffusion du mot à partir de 1950)
Il créa la première revue  française consacré au genre en 1939 , Conquêtes,  mais la guerre arriva juste au moment de sa conception et seul quelques uns de ses correspondants américains eurent la chance d'en recevoir l'exemplaire "zéro" ( quelques chanceux purent l'avoir en main lors d'un dîner SF à Paris il y a quelques années)
La bibliographie de Gallet reste à écrire, peu d'infos circulent à son sujet , alors que sa carrière fut longue et riche ( journaliste , rédacteur en chef, éditeur, directeur de collection etc ) et il eut de très nombreux contacts américains, participant à de nombreux fanzines d'avant/après guerre, dont de nombreux titres sont maintenant scannés et disponibles sur internet .
Une bonne approche des débuts SF de Gallet en France dans l'indispensable " la science-fiction en France dans les années 50 "  de Francis Saint Martin chez Le Rayon Vert 2019
https://www.moutons-electriques.fr/sf-fifties
Ci-après la traduction ( google, donc limitée...) d'un article sur la conception de Conquêtes, paru dans " the Acolyte " no 11 - été 45  par Harry Warner Jr.
" La nouvelle que Georges H. Gallet a survécu sain et sauf à la guerre et envisage de reprendre ses efforts pour fonder une publication professionnelle de science-fiction en France, rend logique à ce moment une description de Conquetes, le seul périodique stf connu jusqu'à présent dans une langue autre que l'anglais.
Le seul numéro de Conquetes qui parut n'arriva jamais en kiosque, ni en France ni ailleurs. Cependant, quelques exemplaires de ce numéro « expérimental » – qui était complet dans ses moindres détails – furent envoyés aux correspondants de Gallet en Amérique et en Angleterre. Dire qu'ils étaient rares serait à peine exagérer; il n'en existe probablement pas plus d'une demi-douzaine dans ce pays. Et que beaucoup plus en Angleterre.
Gallet lui-même est un homme raisonnablement jeune qui a beaucoup voyagé, un vétéran de toutes sortes d'expériences et qui s'intéresse intensément aux choses fantastiques. Il écrit - et parle vraisemblablement - un excellent anglais, connaît assez bien l'Amérique et prévoyait d'utiliser ce pays comme source d'une grande partie du contenu de Conquetes. Une seule chose a empêché le magazine de paraître comme prévu : la Seconde Guerre mondiale. Ce numéro expérimental, "Numéro 00", était daté du 24 août 1939. Une semaine plus tard, Hitler marchait en Pologne; moins d'un an plus tard, la France était conquise. Gallet, un officier de l'armée française, avait combattu, s'était échappé de l'autre côté de la Manche depuis Dunkerque, était revenu en France et avait réussi à trouver un chemin pour lui et sa femme dans le sud de la France, alors inoccupé. Les projets de Conquêtes durent être abandonnés, car les presses nécessaires étaient aux mains des Allemands. Lorsque l'Allemagne a achevé l'occupation de la France, toutes les communications de Gallet ont été coupées, et il n'a plus été entendu jusqu'en mai de cette année.
Conquetes était destiné par Gallet à vendre à "un public intelligent" de jeunes hommes et femmes d'environ 18 ans, selon cet éditeur. « c'est-à-dire que c'est la première tentative depuis longtemps de se constituer un champ de stf en France, qu'il faut commencer lentement à habituer son public à un climat tout à fait nouveau », m'écrivait-il. Il faut comprendre que cette publication n'était ni similaire à la prozine américaine, ni simplement une publication de « vulgarisation scientifique » du vieux type Gernsback Science and Invention. C'était quelque part entre les deux, se rapprochant dans son schéma général du journal des garçons britanniques, Scoops, que Gallet aurait peut-être utilisé comme modèle.
Le seul et unique numéro se compose de 16 pages, 12 1/2 X 9 1/2, dont la moitié est imprimée en deux couleurs ou plus, sur du bon papier magazine, ni "slick" ni "pulp". La couverture était étonnamment conservatrice - simplement un dessin d'un avion en vol au-dessus d'un paysage, complété par des textes de présentation dans la meilleure tradition américaine pour les histoires et les articles présentés dans le numéro. Chaque exemplaire portait également une mention tamponnée, *Numero experimental--confidentiel".
Deux séries fantastiques commencent dans ce numéro. L'un d'eux, intitulé "Kilsona", s'avère être une traduction de "Green Men of Kilsona" de Festus Pragnell, déjà paru en anglais sous forme de feuilleton dans Wonder Stories, et sous forme de livre. La traduction, par un certain Robert M. Zakovitch, était raisonnablement littérale. La partie contenue dans ce numéro comprenait l'histoire, avec quelques suppressions mineures, jusqu'aux mots "avec ce qui aurait pu être un arc et un carquois de flèches sur le dos" à la page 32 de l'édition britannique sous forme de livre. Il y avait une bonne illustration, et une note éditoriale qui expliquait qu'"il y a environ neuf ans, la couverture d'un magazine américain d'aventures fantastiques a attiré l'attention d'un policier londonien en service à Paddington... Une vocation était déterminée ; Festus Pragnell était devenir l'un des principaux écrivains de "science fiction", comme disent les Américains."
L'autre feuilleton n'était pas une traduction. Le titre était "Le Mystère de Padio-Zero", proclamé "grand récit inédit d'aventures héroïques", par "le commandant Cazal, auteur de 'Guerre, Guerre', 'Maginot-Siegfried', etc." La note de l'éditeur a gardé les lecteurs intelligents de 18 ans dans l'ignorance quant à l'identité du « commandant Cazal », le qualifiant de « personne prudente, fuyant la publicité, d'un grand talent d'auteur, d'un patriotisme fougueux – c'est-à-dire le commandant Cazal, dont les contes héroïques ont une popularité extraordinaire." Le long premier chapitre de cette histoire décrit la manière dont le célèbre capitaine Sarlatt a été chargé d'enquêter sur une mystérieuse série d'épaves d'avions. Le "Service secret des Renvois au Ministère de la Défense Nationale" français avait appris que ces naufrages avaient été causés par une nouvelle invention nazie. L'un des avions écrasés contenait supposément un célèbre scientifique français et sa jolie fille, mais un agent secret français avait communiqué l'information selon laquelle ils avaient été enlevés de l'avion lors de son dernier arrêt avant le crash, car le scientifique travaillait sur un nouveau invention de sa part. Si Conquetes réapparaît, peut-être saurons-nous si le capitaine Sarlatt a sauvé le savant et sa jolie fille, et aussi plus de détails sur l'appareil radio secret dissimulé dans le talon de la chaussure spéciale du professeur portait sur son pied bot.
Deux pages supplémentaires sont consacrées à un article intitulé "Plus Forts que Jules Verne" par "Arthenay". Le plus intéressant réside dans la reproduction de cinq belles gravures illustrant des scènes de romans de Verne, vraisemblablement tirées d'éditions anciennes. L'article lui-même est un résumé des prédictions des livres de Verne qui se sont réalisées et une liste de ses erreurs scientifiques les plus évidentes.
La vulgarisation scientifique s'est immiscée dans le reste du numéro, sous la forme d'un article très ennuyeux sur le dernier grand paquebot français (accompagné d'une double page en couleur) et d'une description de la façon dont Pasteur a vaincu une maladie du ver à soie. La dernière page était consacrée à de brèves notes sur des choses scientifiques, intitulées "D'ici et d'ailleurs".
Le bref édito avait une résonance familière pour le fan aguerri : "N'hésitez pas à nous écrire, à faire part de vos suggestions, à poser les questions qui vous intéressent ; nous ferons l'impossible..."
Le magazine devait être au prix d'un franc par numéro et paraître tous les jeudis.
Il n'est pas du tout improbable que Gallet tente à nouveau de doter la France d'une revue de scientifiction ; dans une lettre récente à Forrest J Ackerman, il a parlé comme si des plans actifs étaient en cours. En ce moment, cependant, son principal centre d'édition et d'écriture met à jour les connaissances de la France sur Hollywood - racontant les nouvelles qui sont apparues, les anciennes qui se sont estompées et tous les autres potins si chers au cinéphile. cœur. Mais Gallet est toujours profondément intéressé par la scientifiction, et il est probable que cet intérêt aura tôt ou tard des résultats concrets. "

https://www.facebook.com/groups/fan.de. … &ref=notif

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.5.11

bouton BDFI
Validated by HTML Validator
© BDFI 2021 - Contacts : - -
Dernière modification : Sunday 3 January 2021, 20:10